Matière à fleur de peau (et Cie)                  

Écrire avec des traits
Des segments qui bégaient
Sans fuir la saine platitude
Sans écarter la sainte linéarité
Mais écrire en oblique
En prenant la tangente
S’appliquer en cet exercice
Atteindre le point vibrant des pensées

Écrire avec maladresse
Dans la plus franche irrégularité
Répéter sur son métier l’ouvrage
Sans jamais se lasser jamais
Mais en désapprenant les règles
Créer les siennes propres
Et que respirent les mots
Palpitent phrases et énoncés

Écrire en transparence
Dans un souffle d’océan
Comme les ondes qui se gonflent
Et s’éteignent à l’infini
Mais écrire dans la surprise
D’un masque de voile léger
Le sens posé en demi-teinte
La lucidité en éveil

Écrire vers le bas
La terre qui nous supporte
La présence qui réfléchit
Tout s’ouvre au royaume des signes
Mais ne point craindre de cacher
Un peu du réel nous habite
L’autre nous faut qui décide de lire
Que le poème ne soit lettre morte

(Texte janvier 2018, pour un artiste dont le nom reste à préciser).