Chanson pour la cérémonie funèbre de mon père... 8 mars 2013

 

RAYMOND’s COLLECTION (Sur Rockcollection de L.Voulzy)
On a tous dans le cœur Une chanson qu’on aime bien
Que nous chantait Raymond /Quand on était des gamins
Pour chacun il improvisait un petit couplet
Et à Nini jolie/ Souvent il le destinait
Et Raymond lui chantait/Et Michèle rigolait
Un truc qui colle encore au cœur et au corps… :
« Cette petite a malgré tout
De jolies petites joues. Partout ouh Partout ! »

On a tous dans l’cœur/Une histoire à raconter
Quand il a rencontré/ Marie-Thérèse au Pouget
Elle servait des demis à des joueurs de rami
Quand elle l’a vu entrer/ Elle a été éblouie
Et Raymond a chanté/ Et Zézette en riait
Un truc qui colle encore au cœur et au corps
« Elle est belle elle est mignonne/ C’est une bien gentille personne/
Avec son chignon/qu’est toujours bien coiffé/La p’tit Zézette du Pouget. »
Ou
« Petite Zétette/Ne sois pas bébête/Et viens dans mes bras/
Que je dorlote/Que je te pelote/Mais ne le dis pas. »

On a tous dans l’cœur des grands airs de régiment
Que claironnait Raymond/A tous les petits enfants
Fallait voir des bambins défiler en rang d’oignon
Et jouer d’la trompette/Et tous derrière Raymond
Et au pas cadencé/Tous ces gosses s’amusaient/
D’un truc qui colle encore au cœur et au corps
« Sacré Mimile/Sacré Nénesse/Te fais pas de bile/Je crois qu’on engraisse/
Un militaire/Doit pas s’en faire. T’en fais donc pas/Tout s’arrangera
La classe viendra ».
Ou
« C’est nous les africains/qui revenons de loin
Nous venons des colonies/Pour défendre le pays
Nous avons laissé là-bas/ Nos parents nos amis
Et nous avons au cœur Une invincible ardeur
Car nous voulons/Porter haut et fier
Le beau drapeau de notre France altière
Et si quelqu’un venait à y toucher (à y toucher)
Nous serions là pour mourir à ses pieds oui à ses pieds.)

On a tous dans l’cœur des phrases qu’on n’oublie pas
Que déclamait Raymond/En plein milieu du repas :
Elles étaient toutes le signe de sa bonne humeur
De son humour dans la vie/De sa vision du bonheur
Parfois elles surprenaient/Mais tout le monde riait
Et l’on croirait encore entendre sa voix :

« Rien n’est meilleur qu’une bonne bouteille » (au fond du garage)
« T’es pus-sot que tout »
« Passe moi une cucul, une cucul, une cuillère »
« Cette saucisse est succucu, succucu, succulente ».
« Fuis la discussion ! »
« Zézette, fais attention à ta tension »
« Tiens ta bougie droite »
« C’est ma belle belle sœur » ou « c’est ma belle belle fille ».
« Un p’tit bout de fromage pour mon pain, un bout de pain pour mon fromage ».
« Avec mon papy, avec mon papy, trala tra la la tralalère bis + chéri.

etc.

 

Et la dernière, sa préférée, pour la route…
« Elle est tellement con que s’il y en avait une de plus con, elle irait la tuer pour rester la seule ».