EPITAPHE EN ACROSTICHE POUR UN AMI AARAB

Réconforté de recevoir enfin de tes nouvelles...
Avant ton départ, tu semblais si confiant, débordant de projets, impatient de changer de visage.
Ce dimanche-là, en devisant dans quelque marché, nous n'imaginions point qu'il s'avèrerait si proche,
Hélas, et qu'au lieu de ce voyage annoncé tout près de tes racines, vers l'Andalousie sarrasine,
Il s'éterniserait en ce coffre en partance pour Tétouan, comme fabriqué par toi, à toutes fins exposantes.
Depuis, qui ne craindrait d'arpenter une ville où un Aarab ne serait plus ?

Si tu rencontrais, parmi les limbes, un ivrogne génial ou quelqu'autre avatar de nos images vaines,
Ose lui signifier que l'égalité exclut la pire allégeance à l'universel envahisseur :
Un amiral de la différence manque à notre désir!
Le droit à la résistance est sacré s'il ne signifie ni repli frileux vers une spécificité
Intolérante ni quête stupide d'un surcroît de piètre nouveauté tout juste apte à nous égarer.
Manifeste-lui ta hargne à pratiquer les vertus souveraines : générosité, intrépidité, ténacité,
Abondance et disponibilité, puisqu'oeuvrer pour toi revenait à vivre en état d'authentique urgence,
Non content d'avoir su écouter, intégrer, discerner, essayer, dialoguer, interroger - et poursuivre !

A l'aryen qui aimait la graisse, la nature et les médias, malgré le respect qui lui est dû,
Apprends, dès fois qu'il n'en fût point tout à fait convaincu, qu'une mine de maure, chauve
Rachid, vaut bien le feutre d'une étoile, et qu'en t'écartant de tes multiples visages,
A jamais conservés dans tout ce qui de toi survit à présent, tu te forgeais,
Bienheureux ami, cette identité décisive qu'une tête de garce, nous a, selon toute apparence, soufflé.

 

 

Ce texte a été publié dans l'hommage collectif édité par l'association qui porte son nom à l'occasion de l'exposition de l'artiste marocain disparu (1954-1992) à la suite d'un stupide accident de la route en milieu urbain. Outre une importante partie iconographique, il comprend des interventions de Daniel Dezeuze, Dominique Gauthier, Skimao, ce poème, et un article de BTN. On peut se procurer l'ouvrage au 10, rue de Porto 34000 MONTPELLIER, chez Pierre Neyrand. PS : Acrostiche signifie que la majuscule à l'initiale de chaque vers permet de lire son nom à la verticale.