AUTRE EVENTAIL

 

Le sable du présent sur la joue des errances

Grave les plis amers du silence à venir

Les regards se font chair si s'enflent les zéphyrs

La main tend ses secrets aux souffles de l'enfance

 

Maint coup d'aile est fixé sur ces vibrants fétiches

Que le démon des brises élève en ce désert

D'autres prunelles viseront et d'autres mains

S'essaieront à sonder de l'objet les caprices

Les formes se tordaient en une étrange attente

A l'ère des muets la vie se déliait

Les nomades passaient qui glanaient leur été

Dans le ballet des rocs des fauves et des plantes

 

 

Ce poème m'avait été commandé pour illustrer un éventail d'Anne-Marie Soulcié qui devait suivre une exposition collective à vocation internationale. J'ai pu voir le résultat salle Paul Riquet à Béziers mais l'éventail a disparu ainsi que son commanditaire.

Pour la compréhension de ce texte il faut savoir qu'Anne-Marie Soulcié peignait à ce moment-là des nomades enturbannés et que le thème du mutisme est essentiel dans sa production. Quant à l'éventail comment ne pas penser au maître du genre, Stéphane Mallarmé.

Ce texte vient également d'être publié avec des illustrations de Didier Equer : Rivières La Source.