Christophe, c’est moi (C - ou plutôt C’était - Jérôme). Pour les 40 ans de mon beau-frère Christophe dit Titoche.

Tiens/ bonjour/ salut/ dis-nous comment tu vas/
Puisqu’au/jourd’hui/ t’as 40 ans déjà
Mais ra/ssure-toi/ cela ne se voit pas
Com/me c’est/ sympa/ de se retrouver là
On se/ voit peu/ mais on ne s’oublie pas
Surtout/ quand tu/ t’exiles chez les chinois

Oui/ Christophe/, c’est vrai/ non, tu n’as pas changé
Tu es/ resté/ notre beauf adoré
Nourri/ de riz/ et de canard laqué

Pour/ Carole/ t’auras/ été comme un grand frère
Et pour/ Jéréms/ comme qui dirait un père
Attends/ un peu/ pour devenir Papi
Quant/à notre/ petite/ Nini et belle sœur
Tu lui/ auras/ donné/ bien du bonheur
Tu mé/ritais/ que l’on te fasse honneur

Oui/ Titoche/ c’est toi/, non, tu n’as pas changé
Tu es/ toujours/ notre beauf adoré
Nourri/ d’fourmis/ et de riz cantonnais

Re/çois ce/ whisky/ et ce petit poème
Certes il/n’est pas/aussi bon que des nems
Mais tu/le chan/teras à celle que tu aimes
E/coute cet/te chanson/ elle n’est pas compliquée
C’était/ Jérome/ qui l’interprétait
Mais c’est/ bien toi/ qui va nous la chanter

Oui/ Titoche/ c’est moi/ non je n’ai pas changé
Je suis/ toujours/ celui qui sait aimer
Les pains/ vapeur/ et le poulet chop suey
Oui/ Titoche/ c’est moi/ et j’ai des nerfs d’Assié
Gaffe à/tous ceux/ que je peux pas saké
Et j’ai/ quarante/ printemps à dérouler… (bis/ter).